Accueil

Accueil > Mairie > Le conseil communal > Expression des groupes du conseil municipal > Groupe "Annecy bleu marine"

Groupe "Annecy bleu marine"

Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer la référence de ce document à un(e) ami(e). Pour ajouter le document à vos favoris, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur.

Groupe Thomas Noël - Annecy Bleu Marine

Quand le maire choisit les lois qu'il applique

Courant du mois de novembre, les Annéciens – petits ou grands – ont pu admirer, dans les rues de notre ville, une campagne d'affichage anti-VIH menée par le ministère de la Santé, donc financée par leurs impôts.
Sous prétexte d'informer la communauté homosexuelle sur les moyens de protection contre l'infection par le virus du SIDA, des affiches présentaient différents types de relations sexuelles, parmi lesquelles : "avec un inconnu", pour "un coup d'essai", "un coup d'un soir", "pour s'éclater", ou encore "pour s'oublier". Tout un programme.
Plusieurs affiches étaient visibles à proximité d'écoles, de collèges ou de lycées. Une d'entre elles, par exemple, décorait un abribus situé en face de l'école de la Plaine. Le groupe Annecy Bleu Marine a très vite alerté le maire de cette situation intolérable.
Cette vision des relations sexuelles et de l'amour est-elle celle que les parents veulent inculquer à leurs enfants ? L'adoption de comportements à risque, les relations sans lendemain, la multiplication des partenaires dans des relations où l'acte sexuel est déconnecté de l'affection ("pour s'éclater" ou "pour s'oublier")… est-ce la vision de la sexualité que l'on veut donner en modèle à des enfants qui sont en train de former leur discernement en la matière ? Il est permis d'en douter.
Jean-Luc Rigaut pouvait – s'il le souhaitait – utiliser le cadre législatif mis à sa disposition pour prendre un arrêté municipal contre cette campagne d'affichage et ainsi préserver nos enfants. En effet, selon l'article R 624-2 du Code pénal, « le fait de diffuser sur la voie publique ou dans des lieux publics des messages contraires à la décence est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la 4e classe ». Jean- Luc Rigaut n'en a rien fait.
Il n'a pas daigné répondre à nos sollicitations, ni agir contre cette campagne, le respect de la loi ne semblant pas être une de ses priorités.
En revanche, ce même maire a fait preuve de beaucoup plus de zèle pour faire appliquer à Annecy la loi Macron et ainsi multiplier les occasions de faire travailler les gens le dimanche, portant un peu plus atteinte au repos hebdomadaire, respiration essentielle pour la vie familiale et le bien commun.
À quelques jours d'intervalle, Monsieur Rigaut s'est donc réfugié derrière l'application d'une loi pour faire voter une résolution en conseil municipal… et a renoncé à en faire appliquer une autre ! Sous couvert de "progrès", de "modernité" et de "liberté", on expose nos enfants à des publications contraires à la décence, on multiplie les dérogations à l'interdiction de travailler le dimanche. Monsieur Rigaut ne peut nier sa coresponsabilité dans ces deux attaques au bien commun. Dans chacun des cas, il a agi en préposé local au déclin national.
Les Annéciens peuvent compter sur le groupe Annecy Bleu Marine pour la défense du bien commun et la dénonciation de ses adversaires.

 

 


Thomas NOËL- Pauline FARGES - Jéremy VALLON- Clémentine BALAŸ

(décembre 2016 - janvier 2017)

Site officiel de la ville d'Annecy, Haute-Savoie La Ville d'Annecy
est présente sur :

Nous suivre sur Facebook Nous suivre sur Youtube
LE SITE OFFICIEL DE LA VILLE D'ANNECY 

PLAN DU SITE DE LA VILLE D'ANNECY


Commune nouvelle


Mairie


Culture, Patrimoine, Jumelages


Sports, Loisirs, Tourisme


Scolarité, Jeunesse, Vie étudiante


Commerce, Economie, Emploi


Action sociale, Santé


Déplacement, Urbanisme, Logement


Prévention, Sécurité


Espaces verts, développement durable