Accueil

Accueil > Espaces verts, développement durable > Espaces verts et fleurissement > Protection de l'environnement

Protection de l'environnement

Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer la référence de ce document à un(e) ami(e). Pour ajouter le document à vos favoris, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur.

50 ans de protection de l'environnement

En 1957, huit communes (Annecy, Annecy-le-Vieux, Cran-Gevrier, Menthon-Saint-Bernard, Sevrier, Seynod, Talloires et Veyrier-du-Lac) créent le Sila (Syndicat intercommunal du lac d'Annecy), sous l'impulsion de Charles Bosson et du docteur Paul-Louis Servettaz. A l'époque, déversoir des eaux usées des communes environnantes, le lac est menacé. La même année démarre la construction du premier réseau complet d'assainissement avec collecteurs ceinturant complètement le lac. Il sera terminé en 1976.

A partir de 1964, le suivi scientifique est mis en place. Il vise à évaluer l'impact des travaux réalisés et à détecter tout signe d'évolution laissant suspecter une dégradation des eaux et permettant de révéler des tendances de fond sur plusieurs années à partir des données statistiques. Il se fait en collaboration avec l'INRA de Thonon-les-Bains qui réalise les prélèvements et l'analyse des eaux.

En 1972, Annecy reçoit le "Prix européen pour la protection de la nature et de l'aménagement du territoire" qui récompense l'action menée en faveur du lac d'Annecy.

En 1983, Annecy reçoit la Grande médaille d'argent de l'environnement de l'ONU et en 1986, la Marianne d'or des villes de France pour la qualité de son environnement.

En 2004, Annecy lance l'élaboration de son Agenda 21, signé en 2007. Depuis, de nombreuses actions en faveur de l'environnement et du développement durable d'Annecysont progressivement mises en place (bilancarbone, subventions aux installations solaires...).

Toujours en 2004, la forêt du Semnoz obtient son label d'écocertification, garantissant la gestion durable de la forêt.

En 2004 et 2010, les pratiques de gestion des espaces verts publics de la ville ont été
révolutionnées : l'utilisation des produits phytosanitaires a diminué de 95 % et des méthodes alternatives ont été mises en place (protection biologique, désherbage thermique...). Un observatoire de la biodiversité est en train d'être créé et l'installation de ruches ou de nichoirs pour les oiseaux témoigne de la volonté municipale de favoriser la biodiversité.

Des pratiques respectueuses de l'environnement

Depuis 2004, la Ville d'Annecy a entièrement modifié ses pratiques de gestion des espaces verts, en mettant en œuvre une "gestion raisonnée durable", qui se traduit notamment par la diminution de 95 % de l'usage des produits phytosanitaires. En quelques années, l'utilisation des produits phytosanitaires (insecticides, fongicides, herbicides, parasiticides) a été divisée par 20 à Annecy, afin de supprimer les risques liés à leur usage, en termes de pollution de l'environnement (de l'eau du lac notamment), mais aussi de santé.

Aujourd'hui, ces traitements sont utilisés uniquement de manière curative, quand il n'y a plus d'autre solution envisageable pour sauver un arbre, et plus du tout de manière préventive.
Cette volonté s'est accompagnée d'une recherche de solutions alternatives, pour continuer à maîtriser la nature en ville. Dans la plupart des cas, les produits chimiques ont été soit supprimés, soit remplacés par des traitements biologiques ou par l'utilisation d'insectes qui dévorent les prédateurs.

Par ailleurs, les jardiniers municipaux désherbent désormais les pieds d'arbres à la binette ou avec des désherbeurs thermiques. Ces techniques ont malheureusement leurs limites : elles nécessitent plus de temps et génèrent une impression de moindre "propreté"... Mais les "herbes folles" font également partie de la biodiversité et leur présence vaut mieux que l'utilisation de produits chimiques nocifs. C'est le prix à payer pour protéger notre environnement.

Toujours pour favoriser la biodiversité, la Ville diversifie la palette végétale de ses espaces verts, en plantant de nouvelles espèces, adaptées au climat local (favoriser la biodiversité, ce n'est pas planter des oliviers dans les Alpes).

Signature de la charte "zéro pesticides"

La Ville d'Annecy a réduit très fortement l’utilisation des produits phytosanitaires qu'elle a divisée par 200 en 10 ans : plus d’herbicides sur les espaces publics, y compris cimetières, depuis plusieurs années. La quasi-suppression de cette pollution préjudiciable à la santé publique et à la qualité de l'environnement a influencé les méthodes de travail des agents municipaux, qui utilisent désormais le désherbage manuel ou thermique. Quelques utilisations très ponctuelles en production horticole et sur le terrain d’honneur (prestation externalisée).

Elle a signé en 2014 la Charte régionale d'entretien des espaces publics avec un programme « zéro pesticides » et devrait recevoir un label de niveau 2 ou 3 (maximum = commune sans pesticides) très rapidement.

Création d'un observatoire de la biodiversité

Pour mesurer l'impact de l'évolution de ses pratiques de gestion des espaces verts sur la biodiversité, la Ville d'Annecy a souhaité disposer d'indicateurs. Le partenariat avec la Ligue de protection des oiseaux permet ainsi de suivre l'évolution de l'avifaune. L'installation de ruches sur des espaces publics offre également la possibilité, en analysant les miels et gelées royales, d'avoir une idée plus précise de la qualité des pollens, et donc des sols de notre ville.

Pour aller plus loin, un observatoire de la biodiversité est en cours de création. La Ville a fait appel à un bureau d'études spécialisé dans les domaines de l'environnement et du développement durable afin de structurer cet observatoire et de choisir les indicateurs les plus pertinents. Plusieurs "sites tests" ont déjà été déterminés et un inventaire de la faune et de la flore a été réalisé cette année sur chacun d'entre eux (oiseaux, papillons, insectes, mais aussi mesure de l'activité du sol : vers de terre, flore microbienne...). A partir de "l'état zéro déterminé en 2010, la Ville disposera ainsi d'un "baromètre annuel de la biodiversité" et pourra, en fonction des résultats, réajuster ses pratiques.

Des jardins d'oiseaux en ville

La Ville d'Annecy a signé le 8 juillet 2009 une convention avec la Ligue de protection des oiseaux (LPO) pour la création de refuges LPO et l'organisation d'animations scolaires et périscolaires.

Cinq sites ont été retenus pour accueillir ces "jardins d'oiseaux" :
> les jardins de l'Europe,
> le square des Hirondelles,
> la promenade Lachenal,
> le jardin du manoir de Novel,
> les abords du centre des Puisots.

Les premiers nichoirs, accompagnés de panneaux de signalisation, ont été installés dans les jardins de l'Europe et d'autres seront posés prochainement. En signant cette convention, la Ville s'est engagée à respecter la charte des refuges LPO, qui prévoit de protéger les oiseaux et la nature en général, en offrant des milieux de vie favorables à la faune et à la flore (limiter l'usage de produits phytosanitaires, développer la biodiversité), en cohérence avec la politique municipale de gestion des espaces verts.

Sensibilisation à l'écologie urbaine

Portant sur 5 ans, cette convention se concrétise par un suivi régulier des sites par les professionnels et bénévoles de la LPO et un accompagnement des agents municipaux, sensibilisés aux pratiques favorables à la présence d'oiseaux.

Ce partenariat se traduit également par des interventions de la LPO dans les classes et dans les jardins afin de sensibiliser les enfants à l'écologie urbaine et notamment à la découverte de la biodiversité.

Les oiseaux sont de bons indicateurs de la qualité environnementale d'un lieu, de son évolution et des mesures de gestion.

Les membres de la LPO ont recensé 170 espèces d'oiseaux à Annecy, dont un certain nombre sont des oiseaux aquatiques (canards, goélands, hérons cendrés, mais aussi des harles bièvres, très rares en France et qui ne se reproduisent plus qu'en Haute-Savoie). Outre les traditionnelles mésanges, sitelles et autres grimpereaux, on peut également voir à Annecy des faucons crécerelles et des chardonnerets élégants, plutôt rares en ville.

Renseignements : LPO Haute-Savoie - 24, rue de la Grenette - 74310 Metz-Tessy - 04 50 27 17 74 - http://haute-savoie.lpo.fr

Les abeilles : sentinelles de l'environnement

Les abeilles, considérées comme les "sentinelles de la biodiversité", semblent se plaire dans notre ville qui accueille des ruches depuis le printemps 2010.

La Ville d'Annecy, en partenariat avec l'ISETA (nouveau nom du lycée agricole de Poisy), a déjà installé 20 ruches sur les sites des Iles, du jardin du Manoir de Novel, des Puisots et de la Préfecture. 5 ruches supplémentaires ont pris place sur le site de la Visitation (près de l'EHPAD Les Airelles) en juin 2014.

Au delà de l'aspect purement pédagogique que les ruches nous livrent sur un territoire urbain, le développement de la démarche permet un véritable suivi scientifique ; miels et pollens sont ainsi analysés pour en tirer quelques indicateurs sur la diversité floristique, le suivi des produits phytosanitaires...

Les résultats attestent de l'absence de traces d'insecticides, fongicides et herbicides dans les échantillons analysés. Ces mesures sont à suivre dans le temps sans pouvoir exploiter les chiffres bruts.

Site officiel de la ville d'Annecy, Haute-Savoie La Ville d'Annecy
est présente sur :

Nous suivre sur Facebook Nous suivre sur Youtube
LE SITE OFFICIEL DE LA VILLE D'ANNECY 

PLAN DU SITE DE LA VILLE D'ANNECY


Mairie


Culture, Patrimoine, Jumelages


Sports, Loisirs, Tourisme


Scolarité, Jeunesse, Vie étudiante


Commerce, Economie, Emploi


Action sociale, Santé


Déplacement, Urbanisme, Logement


Prévention, Sécurité


Espaces verts, développement durable