La Ville d'Annecy
Rechercher

Passation de commandement au 27e BCA

Passation de commandement au 27e BCA

Publié le 30/08/2019

Ce vendredi matin, les Annéciens ont pu assister sur le Pâquier à la traditionnelle passation de commandement du 27e Bataillon de chasseurs alpins (BCA). Découvrez pour l'occasion le portrait d'Ivan Morel, nouveau chef de corps et petit-fils de Tom Morel.

Une histoire particulière

Le colonel Ivan Morel a débuté sa carrière d’officier dans l’Armée de Terre il y a plus de 20 ans. Saint-Cyrien de formation, il se spécialise dans l’infanterie et passe plusieurs années chez les chasseurs alpins à Annecy (de 2002 à 2009), où il prend la tête d’une section, puis symboliquement de la compagnie Glières. Il garde de ces années le souvenir d’avoir pu « côtoyer les meilleures élites ».
Bien que « très attaché au bataillon », il poursuit sa formation entre le Cabinet du Ministre de la Défense, de l’État-Major de l’Union européenne, ou encore d’écoles spécialisées pour affiner sa connaissance des finances et du management.
Il intègre ensuite le 13e BCA de Chambéry en 2014, d’où il repart en 2016 pour occuper son poste actuel au sein de l’État-Major des Armées, à Paris.
Durant ces années, il a par ailleurs été mobilisé au cours d’opérations extérieures en Côte d’Ivoire et en Centrafrique.

Un homme de défis

Cet été, Ivan Morel prendra le commandement du 27e BCA pour 2 ans. Les raisons de son choix sont multiples. Unité d’excellence, le bataillon d’Annecy fait partie des élites de l’Armée de Terre. En devenir le chef de corps est « un véritable défi de commandement », tant par le niveau de ces hommes que par la spécificité montagne qui lui est propre. Défi également « d’intégration et de formation » puisque le 27e BCA présente un fort taux de renouvellement. Il intègre chaque année 200 à 250 personnes sur les 1 200 que compte le bataillon.
Dès la fin du mois de novembre, les effectifs seront quasiment au complet pour se déployer en France dans le cadre de la mission Sentinelle d’une part, et se préparer en vue d’une opération extérieure dès 2021.

« Je me sens d’ici »

Retour donc en terres haut-savoyardes, là où s’écrivait 75 ans plus tôt l’histoire tragique de son grand-père Tom Morel, lieutenant du 27e BCA et premier chef du maquis des Glières. De ce lourd héritage familial, durant les années passées à Annecy, sa grand-mère lui a transmis « le goût des autres et du service », la faculté de « mettre ses qualités au service d’une œuvre commune ».
Représentant aujourd’hui la 3e génération de sa famille au sein du 27e BCA, le colonel Morel précise qu’« une histoire particulière n’a de sens que si elle peut apporter aujourd’hui un éclairage particulier » pour mieux vivre ensemble. En toute humilité, il déclare « nous sommes tous héritier de quelqu’un ».