Ville d'Annecy
Rechercher

Toutes les actualités
Le confinement a favorisé la biodiversité

Le confinement a favorisé la biodiversité

Environnement

Publié le 12/06/2020

Avec le confinement, les équipes de la Ville ont pu constater que la nature avait repris ses droits dans certains secteurs.

Les équipes des espaces verts, paysages et biodiversité ont assuré, durant tout le confinement, le maintien du service public, en menant des actions prioritaires, dans le respect des règles sanitaires (entretien des arbres et végétaux et des airs de jeux, ramassage des déchets, maintien de la production au centre horticole, préparation de la saison estivale).

Avec le confinement, les équipes de la Ville ont pu constater que la nature avait repris ses droits dans certains secteurs. La présence humaine plus discrète, le silence, une circulation réduite, des interventions sur les espaces verts reportées, tout ceci a permis à certaines espèces florales sauvages de reprendre leurs places et à la biodiversité de se développer. Diverses variétés d’orchidées sauvages ont été découvertes par les jardiniers de la Ville notamment dans le secteur de Novel.
Ce constat a confirmé la volonté de la Ville de maintenir cette flore sauvage en intervenant différemment sur les secteurs où elle était présente, en poursuivant l’évolution de son plan de gestion vers une plus grande prise en compte des systèmes écologiques urbains.

Canards et cygnes ont aussi profité du confinement
Vidés des promeneurs et des touristes, les bords du lac avaient profité le calme, tout comme les canards et les cygnes habitués des lieux. Ceux-ci ont en effet, durant quelques semaines, pu retrouver leur nourriture habituelle (de l’herbe ou des algues). Plus de pains, ni de frites au menu mais une alimentation saine et qui les préserve. Rappelons, s’il le fallait, qu’en aucun cas les canards ou les cygnes ne se nourrissent de pains ou autres produits consommés par l’homme. La fin du confinement pourrait en effet inciter les promeneurs à reprendre leurs mauvaises habitudes.
Qu’ils n’en fassent rien !