Ville d'Annecy
Rechercher

Pas de nouveau parking en centre-ville

Pas de nouveau parking en centre-ville

Mobilité

Publié le 13/10/2020

L’arrêt du projet de parking sous terrain "Préfecture" était à l’ordre du jour du conseil municipal du 12 octobre. C'était un engagement fort pris durant la campagne : l’équipe municipale le concrétise après avoir étudié l’ensemble des conséquences du projet.

Le conseil municipal du 12 octobre prochain aura à délibérer sur cette décision qui représente pour la Ville une économie de 25,6 millions d’ HT (30,7 M TTC).
Depuis plus de 10 ans, les politiques d’aménagement à Annecy et dans son agglomération font la part belle aux voitures individuelles, créant ainsi des difficultés grandissantes de déplacement, de pollution aux particules fines et donc de santé publique.

Le projet prévoyait un parking sous terrain de 700 à 750 places environ, la suppression du stationnement de surface et son réaménagement en espace paysager.
Mais l’expérience de nombreuses villes françaises et européennes a montré que réaliser un nouveau parking au centre ville, c’est mécaniquement attirer encore plus de circulation et provoquer une saturation et une pollution accrues.

Il faut désormais changer de stratégie pour mettre en œuvre des solutions d'avenir, pour réduire la circulation et le stationnement des véhicules individuels dans le centre ville.

Le Maire d’Annecy, François Astorg également Vice président aux Infrastructures et transports en commun à l’agglomération, travaille avec Frédérique Lardet, Présidente du Grand Annecy, à l’élaboration du futur schéma directeur du stationnement qui permettra notamment la création ou l’amélioration de plusieurs parkings relais (P+R) aux entrées de la ville. Ces pôles multimodaux seront reliés aux lignes de transports collectifs (bus et train) et aux pistes cyclables.

La Ville mettra également en place une gestion dynamique des places de parking et un positionnement dès les entrées de ville de panneaux d’information, permettant aux usagers de connaître les disponibilités avant d’arriver au centre ville.

Avec la mise en place de cette politique, l'équipe municipale a un objectif clair : diviser par deux la circulation automobile en 10 à 15 ans dans la ville tout en offrant la possibilité de se déplacer autrement, pour renforcer son attractivité, redonner de la qualité de vie à tous les habitants, contribuer à la baisse des émissions de CO2 et à la lutte contre le réchauffement climatique.