Ville d'Annecy
Rechercher

Toutes les actualités
Faire tomber les barrières linguistiques pour favoriser l’accès à l’emploi

Faire tomber les barrières linguistiques pour favoriser l’accès à l’emploi

Vu dans Annecy Mag

Publié le 01/03/2021

Pour soutenir les publics non francophones dans l’apprentissage de la langue française, leur permettre de mieux connaître la commune où ils résident et les accompagner vers les dispositifs qui les aideront à accéder à un emploi, le CCAS propose des actions sociolinguistiques.

Ce dispositif est également soutenu par le Conseil départemental de la Haute-Savoie et la Direction départementale de la cohésion sociale. L'opérateur missionné pour conduire ces actions est Jam Formation (Elys Formation).

Les travailleurs sociaux de différentes associations ou institutions, les directeurs d'écoles... orientent le public vers ces ateliers. Un premier rendez-vous individuel est alors organisé pour faire le point sur le parcours scolaire de la personne dans son pays d'origine ainsi que sur son projet de vie. Elle passe également un test de positionnement en langue française.
Ces ateliers mixtes sont répartis dans 7 lieux de la ville. Il s'agit de lieux de vie qui proposent d'autres activités telles que les MJC, offrant ainsi une ouverture à la vie associative, ou les écoles. 2h30 par semaine, de septembre à juin, les formatrices abordent la langue française à travers le quotidien : école, emploi, santé...dans le but que la personne devienne autonome et qu'elle puisse prendre part à la vie citoyenne.

En temps normal, 12 à 15 personnes assistent à ces ateliers, mais depuis la crise de la Covid-19, les cours se déroulent de façon adaptée, en mini-groupes ou parfois à distance, en fonction de l'évolution de la situation sanitaire. Les apprenants proviennent de 50 pays différents. « Les échanges sont très riches entre toutes ces personnes venant des 4 coins du monde. Nous pouvons accompagner des publics très diplômés comme d'autres qui n'ont jamais été scolarisés. Il y a également de grandes différences selon les situations car certains participants ont fui leur pays en guerre, d'autres ont suivi leur conjoint expatrié en France, d'autres encore viennent dans le cadre du regroupement familial... Et toutes ces différences font la force de ces ateliers. Il y a énormément de partage entre les participants sur la vie dans leur pays, sur les coutumes. Cela amène à des débats très intéressants. Il y a vraiment 2 dimensions dans ces ateliers : la dimension linguistique et la dimension sociale. L'apprentissage de la langue française est un outil pour aborder le vivre-ensemble, la tolérance et l'autonomie. » explique Martine Gros, coordinatrice du dispositif des actions sociolinguistiques.

À la suite de ces ateliers, qui peuvent durer 3 années scolaires maximum, les personnes intègrent un parcours d'insertion professionnelle, trouvent un emploi, participent à une formation linguistique plus intensive ou s'inscrivent à d'autres activités proposées par les MJC...

À Annecy, l'accès au dispositif est facilité par la présence d'une halte-garderie itinérante, la halte-garderie « les petits pas » (portée par la MJC Archipel Sud) qui se déplace selon le lieu de l'atelier. À Cran-Gevrier et Meythet, les enfants sont accueillis à la halte-garderie du Vallon ou au sein du multi-accueil « crayons de couleur ». La structure de garde est un lieu d'apprentissage de la langue pour l'enfant. À travers des comptines ou des jeux, il se familiarise petit à petit avec le français.

En-dehors de ces ateliers, des projets culturels sont également mis en place grâce à des partenariats avec le Musée-Château, les médiathèques, les théâtres, la Turbine sciences... Des visites sont organisées avec plusieurs objectifs : se familiariser avec les lieux culturels et donner des clés de compréhension de la culture française dans l'idée de créer des ponts entre la culture d'origine et celle du pays d'accueil. Cela permet également de travailler la mobilité. En outre, tout au long de l'année, d'autres actions sont menées avec les établissements scolaires, de santé, les partenaires liés à l'emploi, des associations afin d'aborder les principes et valeurs de la République ou encore les MJC centres sociaux dans le cadre de la sensibilisation à l'utilisation des outils numériques...